jeudi, 11 décembre 2008

La légende de Saint-Nicolas

Il était une fois, trois petits enfants qui partaient glaner aux champs pour ramasser des graines pour leurs poules. La nuit tomba et les enfants se perdirent.  

Le plus grand aperçut une maison au loin. Ils allèrent frapper à la porte. C’était la maison du boucher.

« Qui est là ? dit une voix grave.

- On est perdus. Pouvez-vous nous laisser entrer, s’il vous plaît ? demandèrent les enfants.

- Entrez, mes enfants ! répondit le boucher. »

Les enfants entrèrent et le boucher referma la porte à clé. Il sortit son grand couteau, attrapa les enfants, les coupa en morceaux et les mit dans le saloir. Saint Nicolas passa un jour par là et s’arrêta à la maison du boucher. Le boucher proposa à manger à Saint Nicolas.     

- Veux-tu du jambon ?
- Non, il n’est pas bon !
- Veux-tu du veau ?
- Non, il n’est pas beau 
- Veux-tu du rôti ?
- Non, il est trop cuit !
- Que veux-tu alors ?
- Je veux les trois enfants qui sont dans ton saloir !

Saint Nicolas ouvrit le saloir, montra trois doigts et les enfants se réveillèrent.

Saint Nicolas ramena les enfants à leurs parents et obligea le boucher à venir avec.

Les parents offrirent un âne à Saint Nicolas pour le remercier.

Saint Nicolas dit alors au boucher :
« Pour ta punition, à chaque fois que je descendrai sur Terre, tu m’accompagneras. Tu mettras tes plus vieux habits, tu prendras mon bâton et tu fouetteras les méchants et tous les enfants t’appelleront le Père Fouettard. »  

20081211 pyjamas de st nicolas

La dernière étape de Saint-Nicolas pour Simon et Matthieu était prévue pour chez Claire.
Très très gâtés, ils ont reçu ces jolis pyjamas tout doux, tout chauds, des Playmobiles pour compléter leur collection et des engins de Légo à monter.
Pour cela, il faudra attendre Doudou qui devient "spécialiste es montage de jouets" !
Clin d'oeil

Et dire qu'ils commencent déjà à parler du passage de Papa-Noël...

19:27 Écrit par !sa dans Famille | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.