vendredi, 27 novembre 2009

Tu es parti de l'autre côté, juste de l'autre côté.

Tu étais un homme merveilleux
et c'est l'image que je veux garder de toi.
La souffrance permanente que tu endurais ne t'a pas permis
de prolonger ton séjour parmi nous.

Souvenons que tu étais à ta manière une étoile,
un rayon de soleil pour chacun d'entre nous.
Et que c'est la douleur et la maladie qui t'ont emporté.

Ton passage en ce bas monde laisse 
une traînée de poussière d'étoiles qui restera en nos coeurs.

Et que grâce à cet amour que nous te portons,
nous te garderons vivant et souriant à jamais.

Au revoir à toi qui était mon coeur, ma moitié perdue,
envolée vers le ciel bien trop tôt.
Je garde l'espoir que nous nous retrouvions... juste de l'autre côté.

Isa.

Juste de l’autre côté du chemin
de Charles Péguy

La mort n’est rien
Je suis simplement passé dans la pièce à côté.
Je suis moi. Tu es toi.
Ce que nous étions l’un pour l’autre, nous le sommes toujours.
Donne-moi le nom que tu m’as toujours donné.
Parle-moi comme tu l’as toujours fait.
N’emploie pas de ton différent.

Ne prends pas un air solennel ou triste.
Continue à rire de ce qui nous faisait vivre ensemble.
Prie. Souris. Pense à moi. Prie pour moi.
Que mon nom soit toujours prononcé à la maison comme il l’a toujours été. Sans emphase d’aucune sorte et sans trace d’ombre.

La vie signifie ce qu’elle a toujours signifié.
Elle reste ce qu’elle a toujours été. Le fil n’est pas coupé.
Pourquoi serais-je hors de ta pensée,
simplement parce que je suis hors de ta vue ? Je t’attends.
Je ne suis pas loin. Juste de l’autre côté du chemin.


De l'autre côté by Ginkobiloba
Album: Mamacita

Besoin de vérité quand tout est surfait
Et le temps qui passe
Est le temps qui n'efface pas la trace
Du chemin parcouru
Et des chemins à venir
Je me suis si souvent perdue
Je n'ai jamais cessé de fuir

On a tous une place pour un cri d'amour
Même si on ne comprend pas tout
Et que parfois on n'comprend rien,
Rien, sinon que rien ne va plus
Et qu'on ne reverra plus
Ceux que l'on aime

Tu es passé de l'autre côté, de l'autre côté
Tu es passé de l'autre côté, de l'autre côté

La source de ton silence
Coule encore dans mes veines
Mais les tourments de ton âme
Ont fait plus de bruit que ma peine
Et j'ai vraiment du mal à croire
Que l'on ait si peu à se dire
Quand on sait que l'on va mourir

La source de ton silence
Coule encore dans mes veines
Mes vaines espérances
De retrouver une enfance
Mais quand la paix renaît de tes cendres
Et que tes cendres nous rassemblent
C'est la vie qui recommence

Tu es passé de l'autre côté, de l'autre côté
Tu es passé de l'autre côté, juste de l'autre côté

Les gens qui partent, c'est comme un mois de novembre
Les nuits sont plus longues et nos racines tremblent
Mais ils ouvrent dans nos cœurs
Une porte vers un ailleurs
Pour grandir et cesser de fuir
Mais ils ouvrent dans nos cœurs
Une porte vers un ailleurs
Pour grandir et cesser de fuir.


Isa et Greg 001

 

 

17:43 Écrit par !sa dans Famille | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.