dimanche, 24 janvier 2010

En mémoire de toi, Grand-Maman

Grand-Maman


Chère Grand-Maman,
Chère Marraine,

Hier, un gris samedi d'hiver, tu as fermé les yeux pour la dernière fois.
Hier un gris samedi d'hiver, la maladie t'a emportée.
Tu t'es longtemps battue, mais ton grand âge ne t'a plus portée.
Hier, un gris samedi d'hiver, tu es partie retrouver Gilbert, ton Mari.
Et puis, Jean. Ton Fils, celui qui était mon Papa.
Ces hommes trop tôt disparus que tu as tant aimés.
Hier, un gris samedi d'hiver, tu t'es apaisée.
Et je suis certaine que là-haut, les bras ouverts,
Gilbert et Jean t'attendaient pour t'accueillir.

Je te souhaite un doux repos
et d'heureuses retrouvailles avec ceux que tu aimais plus que tout.

Ta Filleule et Petite Fille, Isa.

deces-fleur


L'amour

Quand j'aurais le don de prophétie, la connaissance de tous les mystères et de toute la science, quand j'aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes, s'il me manque l'amour, je ne suis rien.

Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés, quand je livrerais mon corps aux flammes s'il me manque l'amour, je n'y gagne rien.

L
'amour prend patience, l'amour rend service il ne jalouse pas, il ne plastronne pas, il ne s'enfle pas d'orgueil, il ne fait rien de laid, il ne cherche pas son intérêt, il ne s'irrite pas, il n'entretient pas de rancune, il ne se réjouit pas de l'injustice, mais il trouve sa joie dans la vérité, il excuse tout, il croit tout, il espère tout, il endure tout.

L'amour ne disparaît jamais. 

Saint Paul.  

 

18:13 Écrit par !sa dans Famille | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.