mercredi, 20 février 2013

FIV ou pas FIV ?

00000000000000.jpg

En octobre 2004, je commençais ce blog ainsi :

"C'est l'histoire d'une fille... à qui il est arrivé des jumeaux par le miracle de la FIV.


Deux magnifiques bambins prénommés Simon et Matthieu
à qui mes écrits sont dédiés.


000000000000000.jpg

Deux petits bonhommes qui vont "bientôt - déjà" avoir 12 ans...
Le 11 juillet prochain.

****

En décembre dernier (2012), je me rends chez mon médecin pour un contrôle.

(Je souffre d'endométriose depuis 22 ans.)


Et là... Je reçois "la nouvelle qui secoue"... :

"Madame, je vois une masse anormale sur votre ovaire droit."


Il m'envoie passer une résonnance magnétique nucléaire et le résultat tombe :
tumeur à l'ovaire droit de 6cm de diamètre.

****

Aujourd'hui, bien remise de mon intervention et
ayant reçu de bonnes nouvelles suite à l'analyse de l'ovaire et de la tumeur,

je me dis qu'on est bien plus fragile encore que l'on ne le croit
lorsque l'on doit recourir à l'aide de la médecine pour accéder au rang de parent...


Bien sûr, on reçoit de l'information.
Bien sûr, on est souvent entourés par une équipe formidable.


Mais on ne se sent pas vraiment touché(s) par les risques que l'on nous évoque.
On est "dans l'aventure"...
L'espoir indescriptible masque de nombreuses émotions,
de nombreuses réflexions également...

Et pourtant, avec les traitements, on est "bombardée" d'hormones
et cela n'est pas sans conséquences...

Comme je le dis plus haut : on a reçu l'information, mais on n'a pas "percuté".


Moi, j'ai "percuté" 11 ans et 1/2 après la naissance de mes garçons.
J'ai "percuté" lorsque l'on m'a annoncé "le vilain bobo".

Pour rien au monde, je ne voudrais "être passée à côté"
du bonheur indescriptible d'être Maman.

Pour rien au monde, je n'y renoncerais.

Mais le chemin semé d'embûches
que l'on s'apprête à affronter lorsque l'on pense concevoir son enfant par FIV
s'avère bien plus long qu'on ne le pense...
Il ne s'arrête pas au moment où l'on apprend que l'on est enceinte,
ni même à la naissance du ou des bébés.

On continue, toute sa vie de femme, à poursuivre ce chemin...

Peut-être parce que tous les bonheurs ont un prix...
Ou tout simplement parce que cela fait partie des épreuves de la vie.

****

En tous les cas, si vous avez eu votre ou vos bébés par FIV,
si c'est le cas d'une amie, d'une soeur, d'une collègue,
pensez-y et restez vigilante :

pour vous-même en ne négligeant pas de vous faire suivre
médicalement sans discontinuer
ou pour les autres en veillant sur elles...


20:48 Écrit par !sa | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fiv, fécondation in vitro |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.